La vision est claire : faire du  paiement par mobile une pratique de notre vie courante.

 La plupart des infrastructures sont déjà en place ; en 2010, il y avait plus de détenteurs de  téléphone portables (5 milliards) que de cartes bancaires (plus de 4 milliards). Mais les efforts pour que ce concept devienne réalité se succèdent de tentatives et d’erreurs, même si certaines initiatives ont atteint  un nombre important d’utilisateurs.

Les technologies permettent aujourd’hui de faire des virements bancaires, des paiements à distance ou en magasin via son téléphone. Les montants cibles u paiement par mobile sont les montants inférieurs à 20€. En effet, en Europe, ces montants génèrent 90% des espèces en circulation. Plus largement, les téléphones mobiles peuvent aussi remplacer les cartes de crédit dans une large gamme de transactions, dont la valeur peut atteindre 190€ (bien qu’il n’y ait pas d’obstacles techniques pour des montants plus élevés). 

A noter :

  • Les paiements via téléphones mobiles ne vont pas nécessairement remplacer les moyens de paiement classiques. C’est un moyen de paiement complémentaire, notamment pour le paiement des titres de transport, la billeterie, le rechargement de comptes, et les paiements de particulier à particulier

  • Il y a 3 types de paiements par mobiles : l’e-money où le client accède à son compte électronique via son téléphone ; l’utilisation du téléphone comme carte de paiement avec un le débit effectué directement sur compte bancaire du client ; et les paiements qui viennent s’ajouter à la facture  téléphonique du client

  • La plupart des téléphones portables utilisent les SMS pour renseigner les données de la transaction, avec près de 30% d’utilisateurs des technologies de communication en champ proche (en anglais Near Field Communication, NFC). Les SMS sont simples mais coûteux, sujets à des problèmes techniques et potentiellement non sécurisés. La communication en champs proche est efficace, mais moins largement accessible que d’autres moyens de paiement, avec une infrastructure coûteuse

  • Assez peu plébiscité par  les consommateurs en Europe, le développement du paiement par mobile a été bloqué alors que, l’acteur NTT DoCoMo au Japon enregistrait 15 millions d’utilisateurs en Août 2010 et  M-Pesa au Kenya annonçait en avoir acquis 9,5 millions en 3 ans.

Pour lire l’intégralité de l’étude : cliquer ici

6 février 2013