La directive AIFM a pour but de donner un cadre réglementaire aux gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (FIA), de surveiller ce marché et ainsi limiter les risques systémiques. Les impacts opérationnels, organisationnels et structurels de cette directive sont conséquents pour les sociétés de gestion qui doivent ou ont choisi de se soumettre à l’ensemble des exigences de la directive, et le planning semble serré avant l’entrée en vigueur au 22 juillet 2014.

Kurt Salmon et le cabinet d’avocats Kramer Levin ont rassemblé le 12 novembre dernier, un panel d’intervenants lors d’une conférence présentant l’ensemble des changements auxquels les acteurs de la gestion alternative et des securities servicers doivent faire face.

Nous avons choisi, dans la Newsletter ci jointe, d’éclairer davantage certains des sujets qui avaient particulièrement retenu l’attention de l’auditoire, notamment la rémunération, la gestion des risques, le reporting, et ainsi essayer de comprendre les raisons d’un certain attentisme que la directive suscite.

 Pour lire cette newsletter, cliquez-ici.