« Flash Info » Opportunités de financement dans le secteur de la cosmétique

Big data et cosmétique

Parmi les technologies clé que le rapport «  Technologies Clés- Préparer l’industrie du futur  » associe à la santé et au bien-être, figurent la «   Valorisation et intelligence des données massives », la « Modélisation, simulation et ingénierie numérique », ainsi que l’ « Internet des objets ». Y font notamment écho des salons comme le « World Beauty Innovation Summit », « Connect To Luxury (C2L) », ainsi que bien sûr la «  Cosmetic Night » à Chartres.

Le marché global de l’internet des objets devrait en effet atteindre 14.4 trillion de dollars en 2022, et  l’impact des objets connectés sur l’économie mondiale est évalué à plus de 6 000 milliards de dollars pour l’ensemble des secteurs. D’ici à 2020, plus de 200 milliards d’objets pourraient être connectés, et la taille de l’univers numérique doublerait tous les 2 ans. 

Afin d’accompagner et encourager le développement du marché des objets connectés en Europe, la Commission Européenne lance un appel à projets « R&I on IoT integration and platforms » pour le 25 avril 2017, pour aller au-delà des capteurs actuels, et développer des plateformes et réseaux « intelligents » ; un autre appel à projets « Smart Anything Everywhere Initiative » a été lancé pour le 8 novembre 2016. « H2020 - EINFRA-21-2017: Platform-driven e-infrastructure innovation » est une autre voie de financement à étudier, ainsi qu’en France le concours d’innovation numérique dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir.

Au niveau national, plusieurs programmes de financement (Projets Industriels d’Avenir, Projets Structurants des Pôles de Compétitivité…) se proposent de soutenir des initiatives sectorielles fortes, renforçant le leadership français dans des secteurs stratégiques.  « Structurer l’offre de robots et d’objets intelligents pour apporter des services innovants aux individus comme aux entreprises » et « Développer un environnement numérique de confiance plus protecteur des entreprises et des individus » font partie des priorités identifiées. Pour rappel, le secteur cosmétique est le deuxième plus gros exportateur de l’économie française, et regroupe 1 500 entreprises dont 80 % de PMEs. Il représente plus de 150 000 emplois. 

Pour les PME actives dans ce secteur, l’appel à projets Européens « H2020 - SMEInst-06-2016-2017: Accelerating market introduction of ICT solutions for Health, Well-Being and Ageing Well » peut s’avérer un relai de financement précieux. Des initiatives de fertilisation croisée avec des projets à applications médicales ou pharmaceutiques, soutenues par des programmes dédiés tels que IMI BD4BO (« Innovative Medicines Initiative Big Data for Better Outcomes ») peuvent également être particulièrement pertinentes. Enfin, l’accélérateur FABulous, qui accompagne des start-up et PMEs associant impression 3D et technologies de l’internet du futur, n’est pas à négliger.

Produits cosmétiques bio-sourcés

Autre axe de développement, le recours à des produits biosourcés peut être soutenu par des appels à projets Européens spécifiques tels que « H2020 - SMEInst-03-2016-2017: Dedicated support to biotechnology SMEs closing the gap from lab to market », « H2020 - SMEInst-07-2016-2017: Stimulating the innovation potential of SMEs for sustainable and competitive agriculture, forestry, agri-food and bio-based sectors » , « H2020 - BIOTEC-06-2017: Optimisation of biocatalysis and downstream processing for the sustainable production of high value-added platform chemicals » et « H2020 - BB-05-2017: Bio-based products: Mobilisation and mutual learning action plan ». 

Les projets d’infrastructure seront présentés pour le 8 septembre 2016 en réponse à l’appel  « Bioeconomy related open access research infrastructure and assessing its capabilities for industry driven development projects », ainsi que les projets répondant à « Open-innovation Platform strengthening cooperation and joint development of bio-based industries and downstream sectors », « Exploiting algae and other aquatic biomass for production of molecules for pharma, nutraceuticals, food additives and cosmetic applications » , « Converting bio-based feedstocks via chemical building blocks into advanced materials for market applications », ou des projets plus « technologiques » comme ceux répondant à « Optimise technical production routes to bio-based chemicals in bio- or chemo-catalytic processes » ou « Emerging technologies for separation and purification of fermentation products to obtain high grade bio-based molecules at industrial level »  .

Au niveau national, c’est l’appel à projets ADEME « Chimie du végétal et matériaux biosourcés » qui peut s’avérer pertinent , une orientation confirmée par le rapport « Technologies Clés - Préparer l’industrie du futur » qui liste les « Procédés relatifs à la chimie verte » parmi les technologies clé de la santé et du bien-être.

Autres opportunités de financement

En outre, le porteur de projet pourra être intéressé par des appels à projets, clôturant au 2e semestre 2016, tels que l’appel « preuve de concept » du Conseil Européen de la Recherche, l’appel «   H2020 - NMBP-05-2017: Advanced materials and innovative design for improved functionality and aesthetics in high added value consumer goods », « H2020 - NMBP-22-2017: Business models and industrial strategies supporting novel supply chains for innovative product-services  », ou bien encore « H2020 - NMBP-25-2017: Next generation system integrating tangible and intangible materials model components to support innovation in industry ».

Le Fond Européen de Développement Régional, les aides locales à l’innovation gérées par les Conseils de Région et le Crédit d’impôt Recherche viennent compléter ces opportunités, ainsi que notamment le Fonds French Tech Accélération.

En conclusion, les opportunités existent et sont multiples, et le premier défi pour le porteur de projet est d’identifier l’opportunité ou les opportunités pertinente (s) pour son ou ses projet(s).

 

Retrouvez l'intégralité de la plaquette ici.
 
Contacts
 
Damiano Nesi
Partner 
+3 52 26 37 74 47
 
Laure Schrepfer
Senior Manager
+33 7 63 21 74 17