20 février 2013 – A l’initiative de Jones Lang Lasalle, acteur mondial du conseil en immobilier d’entreprise, s’est tenue une rencontre Corporate Solutions, afin d’aborder le thème du déménagement d’entreprise.

 Au cours de cet événement, Claude Bodeau, Associé RH – Management chez Kurt Salmon est intervenu à la suite de l’étude réalisée par Jones Lang Lasalle sur les projets de déménagement d’entreprise, et a répondu aux questions d’une quarantaine de décideurs (Immobilier, RH, Finance) représentants de groupes internationaux, privés et publics (EADS, l’Oréal, Schneider Electric, etc.)

Le contenu de ces échanges est résumé ci-dessous.

Le DRH doit se positionner comme le coordinateur central d’un projet de déménagement. La difficulté souvent constatée est que le DRH ne prend pas toujours nécessairement de lui-même les initiatives pour mener son rôle de pivot, quand bien même les autres acteurs du projet (Direction immobilière, DAF, etc.) ne s’y opposeraient pas.

Comment expliquer ce constat et comment y remédier ?

Il faut savoir que d’expérience les projets sont toujours repris d’une manière ou d’une autre par les DRH… Le DRH doit prendre conscience qu’un déménagement est davantage une opportunité qu’un risque pour l’entreprise, sa culture, son management, son climat social.

On constate que le phénomène qui voudrait que le DRH soit à la traîne, s’inverse : de plus en plus de DRH sont sur une courbe d’apprentissage et d’expérience sur le sujet.

Le DRH est le mieux à même de jouer le rôle d’appui technique et législatif et de déployer une capacité de pilotage de projet et de coordination que d’autres départements ne peuvent aussi bien mener sur des sujets qui touchent à l’humain.

Un déménagement n’est cependant pas chose courante. Un décideur en gère un ou deux durant tout son parcours professionnel.

Quand on évoque un déménagement, certains salariés reviennent sur la notion de mobilité géographique associée  au contrat de travail. Que retenir de l’évolution de la loi sur ce sujet et comment s’y préparer ? Que faire quand les salariés en savent plus que nous sur la législation ?!

L’enjeu pour l’entreprise est d’anticiper l’étude que le CHSCT pourrait demander sur le projet et que le législateur lui accorde.

Plus tôt, l’entreprise utilisera un label déjà mandaté sur le sujet, plus vite la négociation avec les OS se fera dans un cadre structuré.

 Il faut donc que l’entreprise formule un certain nombre d’offres en avance de phase et anticipe les éléments du dialogue social.

Les accords ANI ont un impact. La législation n’est pas nécessairement favorable à l’entreprise concernant les clauses de mobilité du salarié mais les textes évolueront à l’avenir. L’argument législatif ne doit pas être au centre du débat. Le rôle de la RH est également de déployer tout un dispositif qui favorise la fidélisation du salarié à l’entreprise en dépit du déménagement : cela passe par la communication, la valorisation de tous les éléments positifs qui interviennent grâce au projet et auxquels il faut associer le collaborateur.

Quel est l’importance de la réflexion sur le Télétravail dans la réflexion globale d’un projet de déménagement ?

La réalité est que le télétravail au-delà de 2 jours par semaine génère un phénomène de désociabilisation du salarié. Toutes les populations ne sont pas concernées de la même manière : les assistantes, les postes à activité répétitives sont des populations souvent exposées.

La relation au travail change avec le temps (on travaille dans le métro, on fait une pause entre 18h et 21h pour retravailler dans la soirée, etc.) : la relation entre temps de travail et temps personnel évolue vers une flexibilité plus forte.

Le Télétravail est systématiquement une problématique qui alimente la réflexion d’un projet de déménagement.

Le sujet existe, oui, mais il n’est pas encore traité à la juste mesure de l’impact qu’il a sur les organisations.

A combien se mesure le coût social d’un déménagement ?

Le coût est lié aux mesures d’accompagnement, de la taille des effectifs à accompagner, etc.

Point de vue Kurt Salmon :

Les attentes sont fortes de la part des Directions Générales vis-à-vis du rôle clé que le DRH doit jouer, pour conduire à bien le projet de déménagement.

En effet, un projet de déménagement nécessite plus que jamais la participation du DRH dans une position de facilitateur d’un projet unique, garantissant une méthodologie complexe et la coordination de multiples volets (RH, Immobilier, Financier, Communication) dont les enjeux principaux sont le coût, l’évolution de l’animation managériale mais aussi l’adhésion et le bien-être des salariés dans une Entreprise de plus en plus attentive à son image dans un contexte croissant de responsabilité sociale.

Auteur : Marc Godard, Senior Consultant, RH-Management

Si vous souhaitez visiter notre blog RH : cliquer ici !