L’Université d’entreprise est un concept qui a aujourd’hui presque 30 ans d’existence. De nombreuses sociétés ont cherché à développer leurs propres structures de formation, percevant le levier de performance et d’évolution que la démarche d’Université au sein de l’entreprise pouvait apporter.

Aujourd’hui, les Universités d’entreprise ont parmi leurs priorités de :

  • Ne pas représenter uniquement une structure de coût

Comment passer d’une structure de coût à une structure qui génère des revenus ou si ce n’est, du business : c’est la représentation de l’Université d’entreprise comme Business Partner.

Cette logique économique est plus ou moins forte suivant les sociétés :

Dans certains cas, le prérequis économique est un budget équilibré entre dépenses et fonds investis

Dans d’autres cas, la structure de formation chasse au-delà de son périmètre corporate et vise à développer ses prestations pour des sociétés autres, afin de neutraliser les revers ou les difficultés associés à l’entreprise dans son ensemble et à la remise en cause de son modèle économique globale.

  • Prendre le virage de l’innovation et le rôle croissant des NTIC

Les nouvelles technologies ont un rôle croissant et décisif dans la formation. Le e-learning permet de répondre partiellement à la première priorité en proposant une structure de coût dégagée des contraintes que représente le présentiel (les coûts fixes des locaux, un ratio formateur / formés limité).

L’e-learning ouvre un champ de nouvelles possibilités : un spécialiste quel que soit la complexité de son expertise, peut aujourd’hui se former en ligne et y voit même le bénéfice de rester en proximité des bonnes pratiques les plus récentes de son métier.

  •  Permettre au salarié d’être acteur de son parcours professionnel

L’Université d’entreprise est un des acteurs  qui accompagnera demain les évolutions majeures qui caractérisent les problématiques d’évolutions des métiers et des compétences des collaborateurs au sein de l’entreprise mais également vis-à-vis d’opportunités de mobilité externe qui s’offrent à eux.

La formation de manière générale devient une marque, en complément de la marque employeur qu’elle soutient. Qualifiante ou diplômant, la formation dispensée par une Université d’entreprise se valorise sur un CV.

A ce jour, les Universités d’entreprise concernent des sociétés internationales ou qui ont atteint une taille intermédiaire significative. Le dénominateur commun s’arrête souvent là :

Le terme d’Université n’est pas nécessairement représentatif de ce à quoi ressemblent les structures dans les faits. Certaines sociétés adressent une offre qui s’adresse prioritairement aux cadres, voire aux cadres dirigeants et aux hauts potentiels, autrement dit des populations qui ont déjà suivi un parcours de formation initiale « supérieure ».

Les structures peuvent être uniques (un lieu géographique donné) ou multiples (des campus), concentrer toutes les problématiques de formation de l’entreprise ou inversement diversifier les « écoles » : université des cadres, université de la communication, …

Les structures sont en mutation et se réinventent par cycles dans le temps : toutes les entreprises ne se positionnent pas avec le même degré de maturité en termes de marketing de l’offre (présentiel ou e-learning ?), de positionnement (centre de formation ou acteur du changement ?) ou d’appui aux priorités stratégiques (survie ou développement d’un modèle économique ?).

Kurt Salmon RH – Management réalise actuellement un benchmark sur les Universités d’entreprise sur la base d’une quinzaine de sociétés. L’ensemble de ces questions sera traité au cours de ces travaux.

Auteur : Marc Godard, Chef de projet, RH-Management

 

11 décembre 2013