Les cris d’alarme étaient au départ localisés : menace puis démission effective de la chef du service des urgences du CH Roubaix, menace de démission collective des urgentistes du CHU Grenoble ayant contraint le Premier ministre et la ministre de la santé à se déplacer sur site

Aujourd’hui, cette fronde s’étend et prend une tournure plus politique. Nous avons eu connaissance de la lettre ouverte des deux principaux syndicats d’urgentistes, Samu-Urgences de France et l’Association des Médecins Urgentistes de France, adressée hier à la ministre de la Santé. Le mot d’ordre y est clair : « attention! »

Voir notre article sur le discours de Grenoble – version 2013

Thomas RICHARD

Si vous souhaitez visiter notre blog Santé : cliquer ici !