A la veille d’une accélération de l’évolution physique/numérique du marché du livre, les groupes d’édition ont déjà mené nombre d’initiatives leur permettant de construire un positionnement durable dans le numérique. Ils doivent maintenant mener les nécessaires adaptations de leurs activités traditionnelles – édition, diffusion et distribution – dont certaines sont à forts coûts fixes, pour faire face à l’accélération de la baisse de vente de livres physiques, sans quoi ils encourent les mêmes risques que les autres industries culturelles (presse notamment). 

Pour télécharger le point de vue : cliquer ici.